Tel Aviv en Seine : quand les polémistes jouent le jeu des pires obscurantistes

Paris Plages : des tonnes de sable, de la musique, des transats et… des polémistes qui polémiquent.

D'ordinaire c'est sur tout et n'importe quoi, de la quantité de sable importée au tapage nocturne, en passant par les râleurs qui trouvent le coût de l'opération un peu trop coup de comm à leur goût.

Cette fois on va beaucoup plus loin, et on approche un sujet plus sensible.

Le 13 août, Paris Plages a programmé une journée spéciale. Plusieurs journées " thématiques " sont en effet prévues cet été.

Seulement, le 13 c'est spécial Tel Aviv, le centre économique, culturel et historique d'Israël après Jerusalem (qui ne peut être reconnue comme capitale).

Il n'en fallait pas moins aux ignorants pour crier au scandale.

Bien sûr le sujet fait mouche. Bien sûr on déplore et on s'étonne qu'à la mairie on n'est pas compris l'ampleur d'une telle idée quand on se souvient des manifestations de l'an dernier que les médias appelaient "pro-Palestine" ou "anti-sionistes" pour augmenter la température haineuse alors que les manifestations – au départ – étaient pacifiques et non pour ou contre l'un des deux pays, l'un des deux peuples. Depuis, et par ce jeu et ce climat de tension exporté et intensifié, la situation est malheureusement bien différente.

Ainsi, certains demandent déjà l'annulation de cette journée et mille excuses. On est en droit de se demander si une journée spéciale Russie ferait autant de bruit finalement. Si l'on peut comprendre dans certains cas le sentiment négatif que cela peut engendrer, là, vraiment on est dans l'ignorance et la haine pure. Il s'agit d'attaque. Et lorsqu'on veut mettre une ville et son esprit à l'honneur, on ne parle plus politique. D'autant plus pour Tel Aviv, un cas bien particulier puisque cette ville, justement, reste assez en retrait du conflit notamment dans sa mentalité.

Parlez-moi de valoriser la découverte d'un pays dominé par daesch, là on aurait eu du mal. Ok. D'un autre côté on ne serait pas contre une journée découverte de l'Iran malgré toutes les histoires de ce pays. Right ? Vous me suivez toujours ?

Hé, minute papillon. On va se la jouer philosophe ou Juliette, même s'il y a mieux comme citation je vous l'accorde, mais : Qu'y a-t-il dans un nom ? Une rose embaumerait autant si elle portait un autre nom.

Same deal pour Tel Aviv. Il faudrait juste pour tous ces malheureux qu'elle ne change non pas de nom, mais de pays apparemment. Incensé.

On ne parle pas de guerre, on parle de culture, d'ouverture.

Certaines des personnes demandant l'annulation sont même des élus, des politiques. Ne comprenez-vous pas que c'est avec cette ignorance de l'autre, la peur de l'ouverture que vous alimentez une haine, des tensions de moins en moins invisibles ? Si vous demandez cette interdiction, vous en autorisez d'autres à faire cet amalgame dangereux entre Israël/Israéliens et crime. C'est faux. De la même manière que nous Français ne sommes pas tous des collabos, et pas tous des résistants.

Je suis allée en Israël, j'ai été aux bordures de Gaza. J'y suis allée alors que le pays était une zone orange et rouge pour le Ministère des Affaires étrangères. J'ai vu et rencontré des juifs, des musulmans, des israéliens dits " arabes ", des Palestiniens aussi. Jamais été dans un pays aussi généreux. Jamais été aussi à l'aise seule à l'étranger. Car des gens généreux, là-bas, il y en a des paquets.

S'il y a bien une ville ouverte, et reconnue comme telle à travers le monde, une ville israélienne à faire découvrir aux gens pour leur prouver qu'Israël ce n'est pas " qu'un pays avec des colons et des extrémistes qui mettent le feu et tuent des bébés" (les terroristes sont partout, pensez Charlie plutôt que de vous réjouir de l'avoir scandé une fois dans la rue), c'est Tel Aviv. Avis aux incultes : toutes les populations y vivent et il y a même une mosquée. Une jolie mosaïque de quartiers (et non pas une forme de ségrégation). Et surtout : l'hopital de Tel Aviv reçoit les malades et blessés Palestiniens. La plupart y ont d'ailleurs été traités gratuitement au cours de la guerre et des différents heurts. Et oui on soigne tout le monde. Pas de frontière. Tout le monde n'est pas extrémiste, ni ultra orthodoxe ou ultra droite. La pensée et l'amour y résident fortement.

Ouverte, portuaire, fêtarde, magnifique. Tel Aviv c'est la culture, la lutte LGBT, la jeunesse éternelle. L'ambiance parfaite pour montrer aussi les jolis pans israéliens aux Parisiens. Et il n'y aurait pas que Tel Aviv à faire découvrir en Israël.

Alors quoi, chers élus et polémistes, en plus de préconiser l'amalgame, vous allez jouer le jeu des extrémistes et reculer devant une thématique qui pourrait ouvrir les esprits ?

S'attaquer à la culture, et l'histoire l'a prouvé à de multiples reprises, révèle ce qu'il y a de pire d'une idéologie.

J'en appelle à ceux qui pensent encore. À ceux qui veulent vraiment la paix.

Sinon, qu'adviendra-t-il ensuite ? Le rejet de la culture afin de baigner dans l'obscurantisme ? On connaît le résultat, cela ne me plaît pas tellement. Et vous..?

Tel Aviv en Seine : quand les polémistes jouent le jeu des pires obscurantistes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s