Derrière les Ombres : Warhol / And behind The Shadows : Warhol

Bien sûr, tout le monde connaît Andy Warhol (1928-1987).

Icône parmi les iniateurs du pop art, star adulée comme celles qu’il représente et qui contribuent à le faire connaître aujourd’hui encore. Tout le monde connaît « sa » Marylin Monroe, « sa » Mona Lisa (ou plutôt ses multiples). 

Critiqué pour ses oeuvres emblématiques du mouvement (reproduire des objets de consommation ? Un scandale pour beaucoup), il bouleverse les codes pré-établis, se moque du qu’en dira-t-on ?, ni même de savoir si ce qu’il fait est ou non de l’art. Parfois, il osait même répondre que ce n’en était pas et avait même ajouté dans le cas d’une de ses grandes expositions (ici mise en avant) :  » Vous voyez, on passait de la disco durant le vernissage, j’imagine que ça en fait un décor disco. ».

Ainsi l’artiste est là où on ne l’attend pas, et sort délibérément du cadre.

Son art se vend pourtant comme du petit pain, normal il devient lui aussi un objet de consommation. De même que le pop art c’est laisser la vie quotidienne faire irruption dans la peinture et l’art de manière générale ; et que, la vie quotidienne dans les 60’s c’est la société de consommation vs un monde qui essaie de devenir coloré malgré les conflits et la politique.

S’il ne se cache pas de voir aussi l’art comme un business, il aime et vit pourtant dans l’idée d’un  monde utopique où chaque tableau se vaudrait et où tout le monde aurait sa part.

Aujourd’hui, l’exposition WARHOL UNLIMITED au Musée d’Art Moderne de la ville de Paris (MAM) met en avant cette dimension sérielle de l’artiste, tout le monde vous le dira, mais, bien plus que ça, elle explique sa démarche. Pas d’exposition rétrospective donc, mais au final (nous à Culture Access on l’analyse ainsi) : un Warhol vrai, entier, enfant terrible de l’art et subversif, qui jaillit de ses Ombres. 

Warhol Unlimited au MAM / © Culture Access

Warhol Unlimited au MAM / © Culture Access

Le Pop Art selon Warhol : Le Système Contre le Système

 

Car si la pièce majeure de WU conclut la visite, ce n’est pas qu’un coup de génie du MAM pour en mettre plein la vue. Non. Elle achève un cheminement de pensée sur l’art à la Warhol et le roi du pop art lui-même.

Dès la première salle, le ton est donné : Campbell’s Soup et autoportraits … en série, qui incarnent une dimension bien incontournable de son oeuvre.

Seulement voilà, qui dit autoportrait dit introspection, et Warhol s’y refuse :

 » Si vous voulez tout savoir sur Andy Warhol, regardez simplement à la surface : de mes peintures, de mes films et de moi, je suis là. Il n’y a rien derrière« 

(AW, The East Village Other, 1er novembre 1966)

 

Nous, derrière cette provoc’ du superbe coloriste, grâce à l’expo proposée par le MAM, on voit beaucoup plus loin. Warhol se révèle être tout et son contraire. Un vrai génie, rebelle dans ses méthodes comme ses propos et ses choix avant-gardistes, et à l’esprit rock – que l’on retrouve  ici avec l’espace consacré à Velvet Underground et certaines pellicules ou images filmées .

Publicitaire à l’origine, il tape dans la société à grands coups de… produits contre produits

Il se moque des grands de l’Etat dont les discours deviennent de la surenchère et un simple produit de communication politique avec sa série des Death and Disaster et ses chaises électriques, il tourne en dérision Mao Zedong et son culte de la personnalité, plus symbolique et grand encore : il transforme la galerie d’art en supermarché avec The Personality of the Artist, une version miniature de son expo d’avril 1964 à New York où près de 400 sculptures en bois, parfaites répliques de carton d’emballage avec des logos de marque, étaient empilées sur le sol. A l’époque, il fallait même se frayer un passage dans cet esprit de surconso. C’est un coup de maître qui fait déjà jaser. 

Warhol dérange. Normal, il pose cette tendre question philosophique de : qu’est-ce que l’art ? Pire : quelque part anti-système, il en profite également.

 

 

Warhol Unlimited au MAM / © Culture Access
Warhol Unlimited au MAM / © Culture Access
Warhol Unlimited au MAM / © Culture Access
Warhol Unlimited au MAM / © Culture Access
Warhol Unlimited au MAM / © Culture Access

Warhol Unlimited au MAM / © Culture Access

L’Infini des séries contre une obsession : la mort

 

Témoin de son temps par le biais de son pop art, il met en avant autant qu’il critique l’âge d’or de la société de consommation : on achète, on multiplie, mais rien ne reste.

Si on porte une véritable attention au parcours proposé par le MAM, on note qu’il révèle subtilement une obsession d’Andy : la mort, la disparition. La répétition à l’infini reste un moyen de la contourner, de même que représenter Monroe (vous ne la verrez pas, mais vous verrez Jackie) vivante, alors qu’elle vient de mourir, était une manière de (re)donner vie à la légende.

Avec Silver Clouds – une partie pour laquelle vous aurez vous aussi un penchant – participez à l’art : on retrouve la couleur grise qui caractérisait l’endroit de Warhol, la Factory. Dans cet espace « miroir » se reflètent des coussins gris métallique également, blindés d’helium, qui se déplacent à votre guise dans la salle. On est dans la légèreté, et l’opposition aux constructions matérielles et lourdes du NY à l’aube des 70’s. Avec ces coussins d’argent, on joue avec l’éphémère, avec ce qui nous échappe : une allégorie version fun de la vie et du temps qui passe.

Car le temps aussi du coup c’est une obsession. Dans son art, AW l’étire autant qu’il investit l’espace. 

Avec ses Screen Tests, dans la partie « Etoiles Filantes » de l’expo, tout y est conjugué : l’espace avec les installations qui donnent l’impression d’un mélange d’univers, d’émotions, d’actions de différentes personnalités qui par le jeu des écrans se répondent, se regardent, se cherchent autant que vous les regardez, que vous les recherchez ; mais aussi la société et ses stars qui ainsi ne s’éteignent à jamais (il s’agit d’ailleurs du but selon Warhol: admirer tant qu’on veut la star qu’on est venu voir), et le jeu du temps avec la pellicule puisque les films sont tournés comme pour une version ciné en 24 images par seconde, et le rendu est monté pour du 16 images par seconde. On adore voir Dali et Mario Banana, mais surtout on adore la vision de W. de l’art comme une pellicule de cinéma (son autre passion). Une pellicule que finalement le visiteur aura plaisir à suivre tout au lond de cette expo, tant par l’idée esthétique que celle du chemin d’esprit de l’artiste.

Warhol Unlimited au MAM / © Culture Access
Warhol Unlimited au MAM / © Culture Access
Warhol Unlimited au MAM / © Culture Access
Warhol Unlimited au MAM / © Culture Access
Warhol Unlimited au MAM / © Culture Access
Warhol Unlimited au MAM / © Culture Access

Warhol Unlimited au MAM / © Culture Access

Et Derrière les jeux d’ombres …

Si la thématique est celle des séries, celles-ci font évidemment dans la diversité. Mais au fond, derrière toutes leurs couleurs on comprend un constant jeu d’ombres, de non-dits, d’une réalité et de sa critique. Tel le masque de l’Homme et de son propos.

Ainsi, on a eu comme une lumière simultanément à un vrai coup de coeur pour les chaises électriques sur papier peint jaune flashy de vaches roses. La critique et la dérision comme on le disait un peu plus haut de la surenchère politique, mais aussi l’effet produit par cette disposition : derrière chaque couleur, un sens, une émotion. Ce n’est pas qu’un effet de vente, qu’un effet de série. Si on se penche vers une couleur plutôt qu’une autre, c’est bien qu’elle est le reflet d’un sentiment, d’une idée. On n’irait justement pas peindre une chaise électrique en rose. Warhol le fait. S’en dégage une vraie émotion, une nouvelle réflexion.

 

Warhol Unlimited au MAM / © Culture AccessWarhol Unlimited au MAM / © Culture Access

Warhol Unlimited au MAM / © Culture Access

N’en déplaise à Monsieur Andy Warhol, mais grâce à cette exposition, il y a bien introspection. On le découvre sous la surface et à travers ses différentes Ombres. L’installation exceptionnelle de l’oeuvre en 102 toiles qu’est SHADOWS prend alors tout son sens.

Prêt de la DIA, c’est la première fois qu’elles sont toutes exposées en Europe. Warhol lui-même n’avait jamais pu la voir complète. Il faut dire que l’expo lui accorde 130 m2 !

Les toiles mises bout-à-bout révèlent l’espace, une idée de la mise en scène qui était constante. Telle une pellicule qui s’étend, on apprécie que le MAM ait conservé l’idée de la pop star : celle d’un ordre aléatoire pour disposer les toiles. On retrouve là l’idée d’éphémère, celle de la pellicule, de l’esthétique cinéma, de l’espace, d’art participatif et à chacun, mais aussi la symbolique du destin. SHADOWS est une oeuvre majeure en ce qu’elle représente à elle-seule qui était ANDY WARHOL.

Warhol Unlimited au MAM / © Culture Access

Warhol Unlimited au MAM / © Culture Access

L’exposition WARHOL UNLIMITED ne se limite pas à une présentation de quelques bouts de séries. Elle est ludique et vivante en ce qu’elle donne vie et sens à son art.

Le jeu des ombres (et des couleurs) laisse libre cours à l’interprétation comme à l’imagination. Il en va de même pour l’artiste et ses oeuvres.

 

Ça se passe au Musée d’art moderne de Paris jusqu’au 7 février 2016. Il y a même une application-guide disponible sur les smartphones.

 

Musée d’Art moderne de la Ville de Paris 11 Avenue du Président Wilson 75116 Paris Ouvert du mardi au dimanche De 10h à 18h Nocturne le jeudi jusqu’à 22h Ouverture exceptionnelle les 1er et 11 novembre de 10h à 18h Sur place : Plein tarif : 12 €- Tarif réduit : 9 € - / Accès coupe-file FNAC : 13,70 € et 18,70€ avec un audio-guide.

Plus d’infos et de photos sur notre page Facebook

N’hésitez pas à liker, partager, et à nous donner votre avis sur l’expo !


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s