Bye Bye 2015 ! – Mon best of Culture

En fin d’année c’est bien connu, chacun dresse son bilan.

L’univers de la toile ressemble actuellement à un gigantesque patchwork de listes, de futures to do list 2016, de meilleur et de pire.

Il faut dire que si sur le plan personnel j’avais plutôt bien réussi 2015, grâce à un certain M. Paddington et un voyage qui était depuis bien longtemps sur ma Bucket List, elle fut bien morose sur d’autres plans, humains, sociaux, politiques. Et une fois n’a pas suffit.

Il ne s’agit pas de faire une rétrospective de 2015, y’a Le Monde pour ça. Ou Topito au choix. Bref. Non, cette année a été riche en émotions très contrastées, mais elle a remis plus que jamais la culture au premier plan, et ça fait pas de mal. Bon du coup si elle est au premier plan on (je) se (me) demande pourquoi le budget alloué ne suit pas dans les faits. Mais ça, ce sera 2016.

En attendant, je choisis donc de vous faire mon petit mix culturel du meilleur et du pire de la culture en 2015, et je vous promets de continuer la régularité de ces derniers mois… en mieux, et avec plein de petites surprises dans l’année. Merci à vous tous.

Je vous souhaite le meilleur réveillon au monde. 

CÔTÉ MUSIQUE – LIVE

Votre meilleur concert : Impossible de n’en choisir qu’un, mais définitivement : U2 dans la nouvelle salle de Bercy euh non, d’AccorHotel Arena (on peut demander un pourcentage quand on donne le nom complet?) et Nick Cave au Grand Rex sans oublier Patti Smith ou encore Patti Smith et Thom Yorke au Pathway to Paris ! Non mais franchement comment voulez-vous que je choisisse ??

Et sinon : de jolis cinés-concerts aussi (Metropolis ou récemment Nosferatu par le Cin’Electric Band dont je vous reparlerai), du Oldelaf bien sûr, un vrai trip avec Sound Sweet Sound, de jolis moments avec Florent Nouvel et Danny Buckton Trio au Bateau El Alamein, La Maison Tellier ou encore Radio Elvis, Daran au Canal93 et celui étonnant de Cadabzi à La Défense, et l’émouvant Ben Mazué … Ah la musique quoi… Toute ma vie…

Votre pire concert : Cyprès. Ou comment déprimer en trente minutes d’une première partie. Non, non pas des chansons mélancoliques et jolies hein. Non. Juste la déprime. Au moins on a pu en rire au bar avec un inconnu.

Mon dernier concert ? Oldelaf (et son groupe) chante(nt) Noël au Bateau El Alamein. Évidemment.

Côté CDs je ne sais pas quoi dire en rétrospective. En revanche, ces temps-ci c’est Ibrahim Maalouf qui tourne en boucle, avec un peu de Maison Tellier, de Sia, de la b-o de Whiplash et mon dernier CD reçu et aimé : Nos vies d’ours d’Yvan Marc.

CÔTÉ CINÉ

Votre meilleur film sorti en 2015 : le problème avec ces questions c’est qu’on ne se rappelle jamais tous les films qu’on a pu voir (enfin quand on est dans mon cas), donc on va plutôt partir sur le dernier trimestre 2015. J’ai particulièrement été marquée par le documentaire très bien monté (sans mauvais jeu d’esprit) Sous-Sols d’Ulrich Seidl, découvert au Forum des Images lors de l’Etrange Festival le film est drôle, surprenant, parfois dérangeant. J’aime ce genre de documentaire qui n’impose pas de ligne de pensée au public, mais qui au contraire le guide à se poser des questions, à être étonné, amusé, ahuri sans le montrer. Ulrich Seidl a par ailleurs cette capacité esthétique, mais aussi de montage d’atténuer les frontières entre documentaire et film de fiction. Le documentaire est ainsi pensé comme un film, avec ses protagonistes tout plus hallucinants les uns que les autres. Il parvient à un degré d’intimité dingue, fin et brillant.

Mes deux autres coups de coeur de la fin d’année seraient Le Pont des Espions et Les Suffragettes. 

 

Votre meilleur dessin-animé sorti en 2015 : Vice-Versa ! Incroyable ce film ! J’ai adoré, mes amis aussi.

Votre pire film sorti en 2015 : Macbeth. Quelle déception.

 

Votre dernier film au cinéma en 2015 : The Big Short. Résultat : un bon 8/10 je pense. À voir en ayant quand même un souvenir ou une vague idée de l’état de l’économie ou en tout cas de la grosse crise survenue en 2007-2008. Mais le film est gé-nial. Mon avis ? C’est le mix parfait entre Le Loup de Wall Street et le meilleur doc de Michael Moore, niveau esthétique, rythme, jeu d’acteurs, montage. Tout. Basé sur une histoire vraie, et à partir de faits réels, il amène à une vraie réflexion, des vérités, avec de l’humour et de la cadence.
 

 

CÔTÉ EXPOS

Votre meilleure exposition en 2015 : « David Bowie Is  » à la Philarmonie. L’exposition la plus complète, la plus grande, la plus fun, la plus vivante, la plus colorée depuis bien longtemps ! Dans un registre tout à fait différent, j’ai adoré Elisabeth Louise Vigée Lebrun au Grand Palais, et il m’est difficile de faire un choix avec l’exposition FRONTIÈRES, au Musée de l’histoire de l’immigration, un autre gros coup de coeur de l’année.

Votre pire exposition : Alex au Collège des Bernardins, ou quand une artiste prétend faire de l’art contemporain conceptuel alors que c’est juste une flemme de montage. Quand le concept peut être intéressant, mais que tout ce qu’il pourrait faire remonter de subtile (psychologiquement, socialiement politiquement, sur la quête d’identité) est totalement absent. Inesthétique, lent, ennuyeux à souhait.

 

Bye Bye 2015 ! - Mon best of Culture
 

CÔTÉ LITTÉRATURE

Votre meilleur livre en 2015 : J’hésite entre JESUS MAN de Christos Tsiolkas et WILD de Cheryl Strayed, deux livres sortis bien avant pourtant mais que je n’ai eu l’occasion de lire que cette année. JESUS MAN est le troisième roman de Tsiolkas, j’ai poursuivi en fin d’année avec son dernier roman Barracuda dont j’ai moins aimé l’histoire, mais toujours le style d’écriture. JESUS MAN est un roman noir, très noir. Obscène, cru, il exacerbe les vices, le dégoût, les dégâts. Il est vrai, sombre, profond, parfois dégueulasse, et toujours captivant. J’ai adoré. C’est un roman fort qui tourne autour du désir, des questionnements de chacun, de la pédophilie, de la sexualité, de l’homosexualité, des travers, de la consommation, de la religion, de la morale. Il est touchant et perturbant à la fois. WILD, dont le film tiré du livre « auto-biographique » est sorti, m’a enivrée. Il donne une sacrée claque. Il se lit d’un bout à l’autre, on ne peut plus s’arrêter. Il est bien écrit, il donne envie de se bouger. C’est une belle histoire (vraie donc) qui donne l’impression que chacun peut, s’il le veut, bouger des montagnes et reprendre en mains sa vie.

 

Et vous alors ? CÔTÉ LITTÉRATURE

 

Votre meilleur livre en 2015 : J’hésite entre JESUS MAN de Christos Tsiolkas et WILD de Cheryl Strayed, deux livres sortis bien avant pourtant mais que je n’ai eu l’occasion de lire que cette année. JESUS MAN est le troisième roman de Tsiolkas, j’ai poursuivi en fin d’année avec son dernier roman Barracuda dont j’ai moins aimé l’histoire, mais toujours le style d’écriture. JESUS MAN est un roman noir, très noir. Obscène, cru, il exacerbe les vices, le dégoût, les dégâts. Il est vrai, sombre, profond, parfois dégueulasse, et toujours captivant. J’ai adoré. C’est un roman fort qui tourne autour du désir, des questionnements de chacun, de la pédophilie, de la sexualité, de l’homosexualité, des travers, de la consommation, de la religion, de la morale. Il est touchant et perturbant à la fois. WILD, dont le film tiré du livre « auto-biographique » est sorti, m’a ennivrée. Il donne une sacrée claque. Il se lit d’un bout à l’autre, on ne peut plus s’arrêter. Il est bien écrit, il donne envie de se bouger. C’est une belle histoire (vraie donc) qui donne l’impression que chacun peut, s’il le veut, bouger des montagnes et reprendre en mains sa vie.

 

Sinon, dans les sorties littéraires 2015 j’ai beaucoup aimé le roman historique L’Aveugle, de Jérôme Garcin qui raconte la vie du héros et résistant Jacques Lusseyran qui fut incarcéré et déporté avant de s’adonner à la littérature. Coup de coeur en fin d’année pour Un goût de cannelle et d’espoir de Sarah McCoy, deux histoires croisées, deux époques, une Allemande qui a aidé un petit garçon juif en pleine seconde guerre mondiale et a refait sa vie,  et une journaliste américaine qui se cherche. Une très belle histoire dont le titre est bien choisi.

 

Et vous alors ? 

CÔTÉ LITTÉRATURE

Votre meilleur livre en 2015 : J’hésite entre JESUS MAN de Christos Tsiolkas et WILD de Cheryl Strayed, deux livres sortis bien avant pourtant mais que je n’ai eu l’occasion de lire que cette année. JESUS MAN est le troisième roman de Tsiolkas, j’ai poursuivi en fin d’année avec son dernier roman Barracuda dont j’ai moins aimé l’histoire, mais toujours le style d’écriture. JESUS MAN est un roman noir, très noir. Obscène, cru, il exacerbe les vices, le dégoût, les dégâts. Il est vrai, sombre, profond, parfois dégueulasse, et toujours captivant. J’ai adoré. C’est un roman fort qui tourne autour du désir, des questionnements de chacun, de la pédophilie, de la sexualité, de l’homosexualité, des travers, de la consommation, de la religion, de la morale. Il est touchant et perturbant à la fois. WILD, dont le film tiré du livre « auto-biographique » est sorti, m’a ennivrée. Il donne une sacrée claque. Il se lit d’un bout à l’autre, on ne peut plus s’arrêter. Il est bien écrit, il donne envie de se bouger. C’est une belle histoire (vraie donc) qui donne l’impression que chacun peut, s’il le veut, bouger des montagnes et reprendre en mains sa vie.

 

Sinon, dans les sorties littéraires 2015 j’ai beaucoup aimé le roman historique L’Aveugle, de Jérôme Garcin qui raconte la vie du héros et résistant Jacques Lusseyran qui fut incarcéré et déporté avant de s’adonner à la littérature. Coup de coeur en fin d’année pour Un goût de cannelle et d’espoir de Sarah McCoy, deux histoires croisées, deux époques, une Allemande qui a aidé un petit garçon juif en pleine seconde guerre mondiale et a refait sa vie,  et une journaliste américaine qui se cherche. Une très belle histoire dont le titre est bien choisi.

 

Et vous alors ? 

Bye Bye 2015 ! - Mon best of Culture
 
Sinon, dans les sorties littéraires 2015 j’ai beaucoup aimé le roman historique L’Aveugle, de Jérôme Garcin qui raconte la vie du héros et résistant Jacques Lusseyran qui fut incarcéré et déporté avant de s’adonner à la littérature. Coup de coeur en fin d’année pour Un goût de cannelle et d’espoir de Sarah McCoy, deux histoires croisées, deux époques, une rencontre, une Allemande qui a aidé un petit garçon juif en pleine seconde guerre mondiale et a refait sa vie,  et une journaliste américaine qui se cherche. Une très belle histoire dont le titre est bien choisi.
 
Et vous ?


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s